Critique: Surveillance

247626_3Réalisateur: Jennifer Chambers Lynch
Scénariste
: Kent Harper, Jennifer Chambers Lynch
Musique: Todd Bryanton
Production
: Largo Films
Distribution: VVS Films
Pays: États-Unis et Allemagne
Année
: 2008
Durée
: 97 min.

Acteurs: Bill Pullman, Julia Ormond, Pell James

Site Officiel

15 ans après un premier film très mal reçu par la critique (BOXING HELENA), la réalisatrice Jennifer Chambers Lynch, mieux connue sous le nom de « la fille de… », est de retour derrière les caméras. Avec SURVEILLANCE, Lynch nous offre un thriller psychologique destiné à plaire particulièrement aux amateurs d’horreur avec son traitement plutôt violent et son scénario supposément tordu. Est-ce que l’amateur d’horreur en moi a été séduit? Pas complètement…

Deux agents du FBI (Bill Pullman et Julia Ormond) débarquent dans le poste de police d’une petite ville afin de faire la lumière sur une série de meurtres ayant été commis par des assaillants masqués. Trois témoins sont prêts à être interrogés: un policier sous le choc de la mort de son partenaire, une jeune femme toxicomane et une fillette de 8 ans. Chacun aura sa version de l’histoire à raconter aux agents.

surveilance-06Après la lecture d’un tel synopsis, je m’attendais à voir un film où les perceptions de tous et chacun s’entremêleraient dans un scénario complexe et déroutant. Peut-être qu’une partie de moi espérait (à tort) sentir une grande influence de l’œuvre de David Lynch (présent ici en tant que producteur exécutif) au niveau de la narration, dans la dernière production de sa fille. Cette dernière a tout de même su s’inspirer de l’atmosphère glauque et inquiétante régnant souvent dans les films de son père et réussit à créer un climat de tension. SURVEILLANCE nous est en fait raconté, à une ou deux exceptions près, de manière plutôt linéaire et conventionnelle. L’intrigue du film reposant sur le principe du «que s’est-il véritablement passé?»; ma curiosité et mon intérêt ont heureusement été sollicités jusqu’au dénouement final. Dénouement que je semble être l’un des rares à ne pas avoir vu venir avant la fin, je dois le préciser.

surveillance-movie-image Beaucoup d’éléments ont par contre réussi à me faire décrocher du film. D’une part, j’ai trouvé l’ensemble de la distribution plutôt douteuse. J’ai été sceptique, par exemple, à l’apparition de Cheri Oteri (SATURDAY NIGHT LIVE) en mère d’une famille drôlement assortie et difficilement crédible. Aussi, le jeu des acteurs m’a laissé perplexe à plusieurs reprises, notamment celui de Bill Pullman (THE SERPENT AND THE RAINBOW, LOST HIGHWAY) qui n’arrive pas à nous faire croire à son personnage d’agent du FBI ainsi que celui des agents corrompus qui deviennent rapidement des caricatures tellement on «beurre épais». Certaines situations deviennent aussi presque surréalistes. Par exemple, que faites vous juste après avoir été arrêté et maltraité par un policier? Vous allez boire une bonne bière au milieu de la chaussée avec la junkie inconnue qui se trouvait dans la voiture derrière vous, voyons!

Ceci dit, SURVEILLANCE n’est pas un mauvais film. D’un point de vue divertissement, c’est réussi puisqu’on ne s’ennuie pas une seconde. Seulement, et au risque de me répéter, on s’attendait à une production un tantinet plus éclatée et beaucoup plus solide de la part «de la fille de…».

SURVEILLANCE obtient la sinistre cote de

deathfacestar2deathfacestar2deathfacestar2

Facteur Gore

deathfacestar2deathfacestar2



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

A propos

3 Commentaires

  1. Sinistre dit :

    Je partage ton avis sur le casting. Cependant, suite au visionnement de SURVEILLANCE ce week end, mon verdict est légèrement plus sévère. Je ne peux pas dire que je me suis ennuyé, mais j’ai plusieurs réserves.

    Tout d’abord, je tenais à dire qui si l’on compare SURVEILLANCE à la première réalisation de Jennifer Lynch (BOXING HELENA), il est juste d’affirmer que sa deuxième œuvre est franchement supérieure et ce à tous les niveaux. J’imagine qu’il ne doit pas être évident de créer des films dans l’ombre d’une figue mythique comme celle de son paternel. Il est probable que le parcours de Lynch, fille, soit (malheureusement) toujours comparé à celui de Lynch, père. Tout comme Sofia Coppola a pu l’être par rapport à son père, à la différence que cette dernière aura (judicieusement) choisi une approche, dans ses thèmes et son style, complètement différente. Ici, avec SURVEILLANCE, il est impossible de ne pas faire de parallèles entre l’oeuvre de Jennifer et David Lynch.

    Imaginez des agents fédéraux qui débarquent dans une station de police d’un bled perdu. Imaginez des policiers tous un peu tarés, sans trop de finesse. Imaginez une blonde sur la coke. Ça ne vous rappelle pas une série culte du nom de TWIN PEAKS? La participation de Bill Pullman nous ramène directement à papa Lynch car il était du casting de LOST HIGHWAY. D’ailleurs je renchérirai quant à la performance douteuse de Pullman qui frise le cabotinage.

    Malgré de bonnes idées, plusieurs scènes où la tension est palpable et un suspense bien rendu, le texte manque souvent de finesse. Les dialogues regorgent de clichés qu’on nous a trop souvent servi. On sent une espèce de tentative de nous présenter des personnages excentriques, bizarres, tordus et malsains. Disons que j’ai trouvé que c’était plus ou moins réussis.

    Les noms apparaissant au générique étaient franchement intéressants. Mis à part les têtes d’affiches, on y retrouve notamment French Stewart (Third Rock from The Sun), Hugh Dillon (HARDCORE LOGO) et surtout Michael Ironside (SCANNERS, V, HIGHLANDER 2 et j’en passe!), qui aurait pu bénéficier d’un personnage plus en chair.

    En somme, SURVEILLANCE démontre que Jennifer Lynch a acquis une certaine maturité à titre de réalisatrice, mais qu’il serait préférable de s’éloigner du créneau de son père. C’est, heureusement, l’impression que me laisse la bande-annonce de son prochain film, Hisss.

    Je donne à SURVEILLANCE **1/2

  2. MartinB dit :

    On veut du sang loll Mais sérieux, j’aimerais bien voir un top 10 de l’année 2009.

  3. [...] excellent site Twitch que le très attendu HISSS de la réalisatrice Jennifer Chambers Lynch (SURVEILLANCE) sera présenté – en première canadienne – dans le cadre du volet TEMPS ZÉRO de la [...]

Ajouter un commentaire